13 mars 2014

série / Queer as folk (UK)

Queer as folk raconte l'histoire de trois garçons homosexuels de Manchester. Stuart et Vince - amis depuis l'enfance - rencontrent un soir Nathan, un garçon de 15 ans qui va tomber raide amoureux de Stuart et ne va plus vouloir le lâcher.

La première saison date de 1998 (on le sent bien quand ils utilisent Internet) mais pourtant, la série traite le thème de l’homosexualité avec une modernité peu commune et de façon très décomplexée. Alors que la plupart des séries n'aborder du sujet quasiment que la notion d'acceptation, c'est à dire comment un-e homosexuel-le s'assume dans un monde "hétérosexuel'' et comment son entourage hétérosexuel réagit à la découverte de cette orientation sexuelle, QAF ne se limite pas à cet aspet et raconte tout simplement le quotien, et en particulier les histoires sentimentales, de ses personnages. Et moi, j'aime beaucoup les histoires sur des bouts de vie de gens.

Le personnage de Stuart Jones m'a partage, je l'aime autant que je le désteste. D'un coté, ce type est quand même un connard fini, tellement égocentrique et immature que j'aurais bien envie de le prendre par le col et de secouer violament pour lui dire que c'est bon là, c'est bientôt fini de foutre le bordel partout et de toujours vouloir tirer la couverture à soi? Et d'un autre coté, l'acteur, Aidan Gillen, est juste beaucoup trop sexy. Sans déconner.


La qualité des photos de ce post devraient vous donnez une idée d'à quel point il est facile de trouver des images d'une série des années 90 de popularité moyenne...

De savoir que cette série ne faisait que huit malheureux épisodes (maudit format anglais!!) et que je l'aurais donc terminé en moins de deux, a été une épreuve terrible. Je pensais sérieusement passer par une profonde période de deuil après ça. Alors, en désespoir de cause, je me suis mise à regarder les épisodes au compte goûte, en prenant biiien le temps entre chaque épisode. De cette façon, je savais qu'il m'en restait toujours sous la main et cette perspective était préférable à celle de ne plus en avoir de nouveaux, même si la tentation de tout m'enfiler d'une traite était grande.

Mais plus les épisodes avançaient, et plus je me demandais comme ils allaient bien pouvoir conclure cette série avec le temps qu'il restait. Il y avait tellement de points à éclairer et de situation à conclure.

Et au bout du compte, je ne saurais pas dire si cette fin est la meilleure ou la pire qu'ils pouvaient faire. C'était juste du GROS N'IMPORTE QUOI. On aurait dit que l'esprit de Dr Who était venu hanté la série pour les 30 dernières minutes (et non, ce n'est pas un compliment), je n'ai juste pas compris ce qu'il se passait. Stuart part dans une tirade délirante et interminable sur un fond bleu qui passe des images de ciels en accéléré : whaaaat?! Ça n'a absolument rien à voir avec l'esprit du reste de la série, on a le sentiment qu'elle a été annulée brutalement et qu'une fin a été brodé maladroitement, histoire de.

Du coup, j'étais tellement dégoutté par le final, que j'ai été bien moins bouleversée que je n'aurais cru l'être par le fait que QAF soit terminé. Et dans ce sens là, c'était très réussi.

27 févr. 2014

recette / Sauce au sésame façon thaï

J'aime bien cette sauce. Elle sublime une pauvre salade ou des pâtes, quand l'inspiration ou les ingrédients manquent. Prête en cinq minute top chrono, je suis presque sûre qu'elle assaisonnerait n'importe quel plât. Je ne veux pas spoiler le résultat mais en vrai, cette sauce déchire.

Recette inspirée de celle-ci.

 

 

 

     IngrédientS

x
4 càs de sauce soja
x 2 càs d'huile de sésame
x 2 càs de vinaigre de riz
x 2 càc de sucre
x 1/2 gousse d'ail

 

 

 

 

 

     Préparation

Hachez finement l'ail puis balancer tous les ingrédients dans un pot/bol et remuez. Yep, c'est prêt.

     Conseils

Cette sauce est délicieuse avec des noodles ou même avec de bêtes spaghettis. Cela dit, je vous la recommande tout particulièrement dans une salade de choux chinois, avocat et graines de tournesol avec un peu de gingembre frai haché. C'est un peu mon repas de fête des jours de flemme.

19 févr. 2014

la toune de la semaine / Years & Years - Real

C'est pas que je me sois fait un principe de vous prévenir dès qu'une nouvelle chanson de Years & Years sortait, mais voilà, il faut bien avouer que Real est franchement excellente.

31 janv. 2014

la toune de la semaine / Peter Peter - Une version améliorée de la tristesse

Une fois n'est pas coutume, je vous présente un artiste qui chante en français. Certes, il vient du Québec et on peut entendre ça et là des pointes d'un sympathique accent d'outre atlantique mais ça reste francophone. CQFD. Cette chanson sonne comme une ode à l'adolescence dans sa façon d'amplifier et magnifier la tristesse avec beaucoup de délicatesse, elle est tout simplement mignonne comme tout.


05 déc. 2013

la toune de la semaine / Years & Years - TRAPS

Vous ai-je déjà parlé de mon amour pour les chansons qui se densifient et gagnent en tension au fur et à mesure que le morceau avance? Bon et bien là, on est comme qui dirait pas mal dedans. Ça démarre mélancolique et épuré et ça finit dansant et surchargé façon année 90. Cette chanson est aussi géniale que son clip est bizarrement, je l'aime TELLEMENT que j'aimerais pouvoir lui faire des câlins.

Merci à Oh, play it louder!! pour cette superbe découverte!

21 nov. 2013

musique / Le génial clip de "Trying To Be Cool" de Phoenix

Cette vidéo est l'un des clips les plus plus cools que j'ai pu voir. Genre de ma vie entière. Sur le coup et sans les explications, je n'en avais pas bien saisie toute la subtilité mais, en voyant le making-of, j'ai compris à quelle point j'avais affaire à quelque chose d'incroyablement dingue et créatif.

Déjà, la vidéo a été tournée en live et une seule prise. Oui oui, en live et une seule prise ! Et c'est encore plus fou lorsque l'on sait qu'il y avait à gérer simultanément un groupe qui joue, une dizaine de danseurs, un singe et une colombe (liste non exhaustive). Mais ce clip est encore plus inventif et complexe que ça.

Deux équipes de tournages filment la vidéo et échangent continuellement toutes les vingt-cinq secondes maximum. Comme une sorte de course de relais cinématographique où le tournage passerait et repasserait entre les équipes. Lorsque l'une d'elle filme, l'autre prépare la scène suivante. De cette façon, on aperçoit des minuteries tout au long de la vidéo : lorsqu'elles atteignent zéro, le relais est passé à l'autre équipe, qu'elle soit prête ou non. Et si elle ne l'est pas, la vidéo coupe en noir, se qui crée une course perpétuelle contre la montre.

10 nov. 2013

concert / BRNS @ Connexion Café, Toulouse | 04.11.2013


Photo
Olivier Donnet

Ce lundi à Toulouse, il y avait BRNS au Connexion Café. J'attendais ce concert comme le messie, complètement emballée par leur album Wounded qui, de plus, laissait présager une ambiance plus que survoltée.

Je n'ai pas tellement l'habitude de voir des groupes dans de si petites salles (une centaine de personnes), et aussi de ne pas savoir de quoi ils ont l'air. Ca me faisait bizarre de me dire qu'ils étaient peut-être déjà dans la salle, tranquillement à regarder les premières parties, voire juste à coté de moi sans même que je le soupçonne. Alors, pour remédier à ça, je suis allé jeter un oeil à l'affiche du concert, où on peut les apercevoir en photo. Échec critique. Ils ont des têtes complètement passent partout dessus, ça aurait pu être absolument n'importe qui dans la salle. Jugez plutôt.

Forcément, ça n'a pas loupé, on a passé toute la durée du second groupe juste à coté du bassiste sans en avoir la moindre idée.

La scène du Connexion Café est ridiculement petite, quand un groupe joue, on dirait qu'il y avait moins de metres carrés que de personnes sur scène. Pourtant ça collait bien pour BRNS. En général, le chanteur est mis en avant tandis que le batteur se retrouve presque caché au fond, sauf que pour BRNS, le chanteur et le batteur, ben c'est la même personne. Du coup, leur disposition sur scène est assez atypique puisque le groupe est disposé en demi cercle. Ca donne le sentiment d'un bulle entre les musiciens, presque face à face les uns des autres, d'où semble se dégager une énorme complicité. Et malgré le fait qu'ils ne pouvait quasiment pas se déplacer sur scène, à cause du manque de place sur scène et de leur instruments, on pouvait ressentir une énergie incroyable. Je ne vous raconte donc même pas dans quel état d'exitantion proche de la transe je pouvais être, lorsqu'ils ont joué Mexico.


C'est pas du tout une photo prise pendant ce concert mais c'est pour l'idée.
Photo
Confort Moderne

Une chanson sur deux jouée pendant le set était pour moi une découverte. Je me suis dit "Hey, il existe un autre album que Wonded!" et cette pensée m'enchantait, l'idée de le récupérer à la fin du concert pour m'y plonger dedans une fois chez moi. Sauf que PAS DU TOUT! En fait, ces morceaux étaient des inédits qui figureront sur le prochain album du groupe... qui sortira au printemps prochain. Cette attente est une putain de torture!

Le chanteur-batteur Timothée m'a fasciné. Déjà, parce qu'il joue de la batterie et qu'il chante en même temps, ce qui selon moi n'est pas censé être humainement possible. Ensuite, parce qu'il fait des rythmes incroyables, pêchues et catchy, et qu'il chante incroyablement bien. Je ne m'étais d'ailleurs pas tellement rendue compte de ce dernier point à l'écoute du CD, mais une fois en live, sa voix à pris une autre dimension. Elle est prenante, tantôt fragile, tantôt énervée, avec ce quelque chose de légèrement écorché.

À la fin du concert, j'ai pu discuter avec Antoine, le bassiste du groupe, qui m'a expliqué le pourquoi du comment du nom du groupe. Alors déjà, ça ne se prononce pas "B.R.N.S" - comme, évidemment,  je disais - mais "brains". Avec Timothée, ils avaient l'habitude de regarder pas mal de films de mort-vivants et la réplique "braiiiins" est restée. Sauf qu'en faisant des recherches, ils se sont rendus compte que des groupes qui s'appellaient Brains, ils y en avaient déjà une pelleté. Du coup, ils ont fait dans la tendance du moment : ils ont viré les voyelles. Ainsi naquit BRNS.

29 oct. 2013

musique / Susanne Sundfør - The Brothel

Ça y est c'est l'automne, le ciel est gris de nuages, il fait tout nuit parce qu'on a changé d'heure, et froid aussi, les feuilles des arbres commencent à dorer, j'ai des envies de thé. C'est le moment de rester au lit et de se passer un million de fois The Brothel de Susanne Sundfør, qui sent bon la mélancolie des journées trop courtes de novembre.

Merci à April Fourteen pour cette superbe découverte!

27 oct. 2013

DIY / Masque antioxydant à l'argile et feuilles d'olivier

Il y a quelques jours, je vous parlais de la série documentaire Grow your own drugs. Aujourd'hui, j'ai décidé de tester une des recettes de l'émission, un masque antioxydant à l'argile et feuilles d'olivier. Let's go!
  

Ingrédients

3 à 4 càs bombées de feuilles d'olive (fraîches ou séchées)
6 càs de poudre d'argile (j'ai choisi la blanche pour ma peau sèche)
14 gouttes d'huile essentielle de citron
de l'eau bouillante

 

Préparation

Durée totale
1 h 25 min
Préparation
5 min
Repos
1 h
Cuisson
20 min
  1. Placez les feuilles d'olivier dans une casserole, couvrez d'eau bouillante et laissez mijoter doucement pendant 10 min.

  2. Filtrez le liquide dans une casserole et remettez sur le feu. Laissez mijoter jusqu'à réduction de moitié, soit environ 10 min.

  3. Mesurez 80ml de l'eau d'olive.

  4. Mettez la poudre d'argile dans un bol. Versez l'eau olive lentement dedans en remuant bien, puis incorporez l'huile essentielle de citron.

  5. Versez dans un pot et laissez refroidir.

 

Utilisation

Appliquez le masque sur votre visage en évitant le contour des yeux. Laissez agir pendant 20 min, puis rincez à l'eau tiède.
Le masque peut être appliqué une ou deux fois par semaine, au besoin. Il se conserve six mois au réfrigérateur.

 

MON (HUMBLE) AVIS

(Je ne suis pas une experte des masques alors mes remarques seront peut-être un peu naïve et surtout manqueront d'éléments de comparaison mais on va essayer quand même.)
J'ai modifié les quantités d'argile par rapport à la préparation originale, quatre cuillères donnait un mélange beaucoup trop liquide.
La texture du masque est impeccable, c'est frais et léger, ce qui le rend très agréable à appliquer. Ma peau était toute douce ensuite, des vrais fesses de bébé : je valide!