07 avr. 2013

série / Parks And Recreation

Très franchement, je n'aurais pas misé beaucoup de pesos sur le fait que cette série allait autant m'enthousiasmer. Maintenant que je viens de m'enquiller les cinq saisons en deux semaines et que je me retrouve à devoir atteindre le prochain épisode, je me sens dévastée, un peu comme si une part de moi venait de mourir... A la réflexion (et relecture de ce que je viens d'écrire), cette pause n'est peut-être pas une si mauvaise chose, il est possible que j'ai besoin de prendre du recul vis à vis de cette série, une vague impression qu'elle me tient légèrement trop à cœur. Mais laissez moi vous expliquer pourquoi...

Parks And Recreation suit le quotidien des employés du département des parcs et des loisirs de la ville de Pawnee, Indiana, et en particulier, celui de la directrice adjointe, Leslie Knope, qui a de grandes ambitions professionnelles et politiques. Mais ça ne sonne peut-être pas aussi fun présenté comme ça, mais ça l'est sisisi.

La saison 1 se cherche et c'est pas rien de le dire. Il n'y a beau y avoir que six épisodes je me suis copieusement ennuyée devant et j'ai vraiment peiné à aller jusqu'au bout alors que les épisodes ne durent que vingt minutes. Il ne se passe rien et ce n'est pas drôle, ce qui est quand même un peu problématique pour une série humoristique. Heureusement à partir du dernier épisode la série trouve enfin ses marques et devient juste excellente. Donc mon conseil si vous décidez de vous y mettre : regardez le premier épisode histoire de vaguement situer les personnages et l'intrigue, puis passez direct au sixième.

Les personnages sont incroyablement bien écrits, ils sont tous un peu fous, chacun à leur façon, et j'aime le fait qu'ils ne soient pas réduit à un seul pan de leur personnalité. On peut les voir changer au fil des épisodes et des saisons, montrer leurs forces et leurs faiblesses, se découvrir et se remettre en question, parfois évoluer et d'autres fois régresser... Bien qu'ils restent clairement fictifs dans leur extravagance, ils restent plutôt crédibles dans leur complexité d'êtres humains.

La façon dont progressent les relations est aussi très bien foutue, en particulier pour ce qui est des romances. Je ne m'attendais vraiment pas à rencontrer autant de mignonnerie dans cette série. Tout en conservant pas mal de codes du genre, ils ont réussit à échapper au coté exagérement gnangnan de beaucoup de série (How I Met Your Mother c'est à toi que je pense) qui te force la larme à coup de violons et de discours sur le sens de la vie et de l'amour. De plus, j'apprécie le renouvellement des personnages qui évite d'avoir tous les protagonistes de la série finissant par sortir ensemble alors qu'ils n'ont visiblement rien en commun, et aussi des séparations et retrouvailles interminables (How I Met Your Mother c'est encore à toi que je pense).

Là c'est le moment où je risque de m'emballer et devenir flippante, puisque je vais parler du personnage de Ben Wyatt. En gros, pour résumer, disons que, hum... j'en suis COMPLETEMENT amoureuse. Son personnage est un adorable geek ou comme dirait Leslie :

Ajoutons qu'Adam Scott qui tient le rôle est impeccable de justesse... et tellement agréable à regarder que c'en est indécent. Au final, je deviens une espèce de grosse guimauve assoiffée de romantisme poussant des petites cris de rongeur à chaque fois que Ben et Leslie apparaissent ensemble à l'écran. C'est moche je sais...

Pour l'instant Parks And Recreation en est au court de sa cinquième saison mais son avenir est incertain et ça c'est vraiment terrible. Si la série n'est pas renouvelée, ma vie va perdre beaucoup de son sens...


17 mars 2013

Edgar Wright, j'aime beaucoup ce que vous faîtes

J'ai toujours rêvé d'avoir un réalisateur préféré. Je trouve que ça donne une certaine prestance en société, pouvoir glisser dans une conversation « ah j'ai tellement hâte de voir le prochain Machin ! » c'est pas mal la classe, ça fait « attends mec, je m'y connais en cinéma moi oh ! ». Faut-il encore avoir un nom à mettre à la place de « Machin »...

Pendant longtemps ça n'a pas été mon cas et j'en étais bien penaude, mais la vie est pleine de surprise, la roue tourne et autres phrases toutes faîtes, et j'ai finalement trouvé le réalisateur qui fait battre mon cœur : Edgar Wright. Pourtant je n'arrive toujours pas à m'en vanter lors de soirées mondaines, une coupe de champagne dans une main et un Ferrero Rocher dans l'autre, car 1) il n'est pas tellement connu du grand public et 2) je n'ai jamais pu retenir son nom. Ça et aussi le fait que je suis rarement invitée à des mondaines.

J'avais envie d'évoquer avec vous quelques-uns de ses films. J'ai choisi ceux-ci car ils me paraissaient avoir la démarche artistique la plus intéressante puisque Wright en est à la fois le scénariste et réalisateur. Officieusement c'est parce que je n'ai vu que ceux-là.

 

Shaun Of The Dead

{ C'est genre... une comédie romantique avec des zombies }

Le film qui a fait connaître Edgar Wright et qui reste encore son plus populaire. J'aime bien voir un film culte et comprendre à ce moment-là pourquoi il a généré autant d'enthousiasme, et en regardant Shaun Of The Dead c'est exactement ce qui c'est passé, un « Aaaaah ouaiiiii d'accooooord ! » sur 99 minutes. 

Tout le charme du style de Wright est là, cet humour incroyable et cette créativité folle pour se réapproprier les codes du genre. Et puis il y a aussi ces castings géniaux comme ici où l'on retrouve Simon Pegg, Nick Frost, Dylan Moran, Bill Nighy ou encore Martin Freeman (il n'a qu'un tout petit rôle mais j'aime bien trop Martin Freeman pour ne pas le mentionner malgré tout).

Tant que j'y suis j'aimerais à mentionner que Simon Pegg devrait être nominé par défaut à l'oscar du meilleur acteur dès qu'il apparaît dans un film, cet type crève l'écran, il y a une telle intensité et justesse dans son interprétation que, quoi qu'il joue, on y croit à mort.

 

Hot Fuzz

{ C'est genre... un film d'action / comédie sur des potes flics }

Ces deux premiers films font parties de la Blood and Ice Cream Trilogy (aussi appelée The Three Flavours Cornetto Trilogy) dont le nom est une référence aux personnages achetant, à un moment ou à un autre du film, des glaces Cornetto.  

Même si c'est pas mal dur de faire un choix, il s'agit probablement de mon Wright préféré. Pour vous dire, si je devais envoyer un film à des extraterrestres pour leur expliquer mon humour, je pourrais prendre celui-ci. C'est juste incroyable de voir à quel rythme les blagues s'enchaînent et l'inventivité qu'il y a derrière. Plus je le regarde, plus je découvre de petits détails qui n'en étaient pas, ce qui me laisse toujours émerveillé de la subtilité de ce scénario.

J'ai une petite retenue cependant pour la dernière demi-heure qui est une véritable boucherie que je trouve un peu violente (je suis un poil sensible certes) mais bon, pour un film de quasiment deux heures et d'une telle densité, je suis prête à lui excuser bien des choses.

Ah et un oscar pour Simon Pegg bon sang !

 

Scott Pilgrim vs The World

{ C'est genre... un film d'action / comédie romantique avec des exs en méchants }

Le film est adapté de la série de comics écrite et dessinée par Bryan Lee O'Malley. Après l'avoir vu j'ai décidé de lire les bouquins par curiosité. 

Ce qui m'a frappé en découvrant le premier tome c'est la fidélité du film par rapport à l'histoire originale, on y retrouve des répliques reproduites à la virgules près. Les différences commencent à se faire plus notables dans le second et à partir du troisième c'est la fête, le film prend ses aises et réinvente l'histoire jusqu'à associer certains événements du comic aux « mauvais » personnages. J'ai trouvé cette évolution assez intéressante même si je ne me l'explique pas complètement. Cependant, l'esprit du comic reste impeccablement retranscrit dans le film, les acteurs, les décors, les musiques, l'humour, tout est là.

J'aurais pu pleurer l’absence de Simon Pegg mais Wright a eu la bonne idée de prendre Michael Cera pour le rôle Scott Pilgrim (même je trouve qu'il ne ressemble pas vraiment à celui du manga) et Jason Shwartzman pour le super méchante alors ça va, je lui pardonne pour cette fois...

14 mars 2013

inspiration / Tresses


 
Sources (de haut en bas)
1 / 2 / 3 / 4 / 5 / 6

10 mars 2013

recette / Gelée de thé

J'ai découvert l'existance de la gelée de thé un peu par hasard dans un salon de thé de Toulouse (le Bol Bu, je vous le recommande bien chaudement). Délicieux.

En y réfléchissant je me suis dit que ça ne devait pas être bien compliqué à faire maison. Il fallait quoi, du thé, du sucre, de quoi solidifier le tout, je sais pas un truc du style... Super intuition, c'est teeellement facile à faire et juste trop bon. Je l'utilise comme de la confiture, sur une tartine beurré (ça reste spécial, il faut aimer), ou dans les crêpes et salades de fruits pour sucrer et ajouter un petit goût subtil de thé. 

Ingrédients

450ml d’eau
3 càc de thé (j'ai utilisé du thé de Noël)
120g de sucre
4 feuilles de gélatine

Préparation

Temps de préparation : 15min | Repos : 4h

  1. Faîtes infuser le thé pendant pendant 3min dans l'eau bouillante.

  2. Ajoutez le sucre et laissez le tout légèrement refroidir.

  3. Pendant ce temps, faites tremper les feuilles de gélatine dans de l’eau froide pendant 5min pour qu’elles ramollissent.

  4. Filtrer le thé au chinois fin.

  5. Ajouter les feuilles de gélatine égouttées et remuez pour bien les diluer.

  6. Versez la gelée dans un récipient et mettez-le au réfrigérateur pendant quatre heures.


03 mars 2013

Comment améliorer la luminosité et les contrastes d'une photo en 10sec avec Photoshop

Aaah j'aime tellement les courbes de transfert de dégradé vous n'avez pas idée! Je dirais bien que leur découverte a changé ma vie mais j'aurais peur d'en faire trop, bien que ce ne soit pas si loin de la réalité... Mais pourquoi tant d'enthousiasme vous demandez-vous (peut-être?) ? Et bien parce qu'ils arrivent à combler deux aspects pourtant contradictoires de ma personnalité : la paresse et le perfectionnisme. En effet 1) quand je dis que ça prend dix secondes ce n'est pas une exagération et 2) ça donne de superbes résultats, les couleurs sont éclatantes tout en restant naturelles.

J'ai trouvé cette astuce sur le blog de Pelleront Art (son tutoriel ici) et je ne pourrais jamais assez la remercier pour cette formidable découverte.


Quelques exemples...

Avant Après Après Avant

28 févr. 2013

musique / Haim

La musique des années 80 vous manque ? Envie d'ajouter une pointe de son kitch à votre quotidien ? Cela tombe tellement bien puisque aujourd'hui nous allons parler de Haim.

Haim est le nom de famille de trois sœurs en début de vingtaine qui ont décidé de faire de la musique ensemble. Haim est aussi - et j'ai envi de dire que ce n'est pas un hasard - le nom qu'elles ont donné à leur groupe. Celui-ci fait plutôt bien parler de lui ces derniers temps et cela s'explique aisément puisque leurs chansons sont t-Haim-ment bien ! (oui, j'ai osé écrire ça...) Du coup, on a pu les voir faire les premières parties (entre autres) de Florence and the Machine, Mumford & Sons, Edward Sharpe and the Magnetic Zeros ou encore Ke$ha, voilà, comme ça, tranquille quoi.

Mais tous ces détails, aussi intéressants soient-ils, ne vous aide pas tellement pour visualiser leur style musical. J'aimerais vous dire que mes paroles vont vous éclairer à ce sujet mais je ne me fais pas trop d'illusion, je suis un peu une quiche en description. Alors disons, et bien, que ça rappelle les belles heures de la pop 80's mais en moins cheap et qu'elles créaient des effets très intéressants avec leurs voix (je vous avez prévenu que ça ne serait pas transcendant).

Ou alors vous pouvez juste écouter les extraits qui suivent, ça devrait être bien aussi...

Une petite version accousique pour la route?

22 févr. 2013

Chaussettes je vous aime...

J'ai une passion pour le moins étrange : j'ADORE les chaussettes. Elles ont ce coté chaud et rassurant « survie lors des rudes journées d'hiver » et dégagent en même temps une sorte de modestie, discrètes, elles sont cachées entre la chaussure et le bas du pantalon tel un secret alors qu'elles peuvent être tellement pleines d'originalité, arborant les motifs et couleurs les plus incongrues.

S'il y a bien quelque chose dont je ne manque pas dans ma garde robe, c'est bien ça. J'en avais un plein panier, tellement plein qu'il en est venu à déborder. C'est ainsi que j'ai dû me résigner à en mettre une partie de coté, les divisant ainsi en deux groupes : chaussettes d'hiver et chaussettes d'été.

Je me souviens qu'il y a quelques années, un garçon de ma classe - que je jugeais par ailleurs avoir de très bons goûts vestimentaires - avait dit « TheShoeLessGirl*, elle a toujours de super chaussettes ! ». Et bien laissez-moi vous dire que je me suis sentie grandemment flattée par cette remarque !
*on s'entend qu'il avait utilisé mon prénom à ce moment-là....

Ce même garçon m'avait un jour complimenté sur une de mes paires de chaussettes, rayée rouge et gris. Ce qu'il ne savait pas c'est qu'il s'agissait de mes préférées et que ce qu'il voyait n'était que le dessus de l’iceberg de leur génialité. J'ai aussitôt ôté une de mes chaussures (avec une fierté à peine dissimulée) pour dévoiler la magnifique tête de panda qui couvrait leur extrémité. On a que trop peu l'occasion de se la raconter en étalant ses chaussettes aux yeux du monde....

En ce moment, je trouve la mode plutôt clémente. Bien sûr elle garde son lot de trucs bien moches, ne nous emballons pas complètement non plus, maiiis j'apprécie pas mal de petites choses ça et là. En particulier nous sommes plutôt en accord sur le fait que les chaussettes c'est super et que c'est pas sympa de les montrer de temps à autre. Voici donc une sélection d'idées que je trouve bien mignonnes.  

05 févr. 2013

musique / Crystal Castles

Crystal Castles est un groupe que je ne mettrais pas entre toutes les oreilles. Je vous dis ça comme un conseil d'ami car pour en avoir personnellement fait le test, on peut dire que les retours en ont été pour le moins... hostiles. Après c'est vous qui voyez mais si vous le tentez, vous risquez de rencontrer une nouvelles palette d'expressions faciales que vous n'aviez pas forcément envi de découvrir (comme ça ou ça par exemple).

Cela dit, pour ma part j'aime beaucoup. L'ambiance est assez dérangeante, limite glauque, avec ce chant tantôt doux tantôt violant soutenu par des riffs électro lourds et répétitifs. Mais c'est tellement défoulant ! Et j'aime parce que ça frôle dangereusement l'inécoutable sans jamais y basculer (en général...).

Sinon, ils joueront le 13 au Bikini, on s'entend que je serais de la partie...

Pour en savoir un peu plus :
+ site officiel +
+ MySpace +