30 mars 2014

recette // Tartine pomme-noisette

Mon problème c'est que j'aime bien trop le sucré. Dans la journée, il me faut mon paquet de biscuit à grignoter et en fin de repas, j'ai besoin de ma "note sucrée". Ce ne sont pas vraiment ce qu'on peut appeler de supers habitudes mais, soyons lucide, je n'ai pas du tout la volonté nécessaire pour arranger à ça. Sinon je risque de me transformer en Hulk retournant mon appart à la recherche d'un pauvre carré de chocolat. Personne n'a envie de voir ça. Du coup, j'ai choisi une option différente : quitte à devoir manger, autant que ce soit bon pour mon petit corps. Alors, quand Martine m'a fait goûter à ses tartines pomme-noisette, j'ai compris qu'elles et moi, on allait bien s'entendre.
  


28 mars 2014

la toune de la semaine // Chela - Romanticise

Romanticise a un coté kitch tellement décomplexé que forcément, je ne pouvais que l'adorer. Et puis, ce clip! Il retranscrit à la perfection l'esprit de la chanson. C'est cheap et coloré, et j'aime cette danse un peu approximative qui illustre les paroles. C'est tout simple mais ça colle impeccablement.

26 mars 2014

inspiration // Des tatouages sur les doigts

Sources
1 / 2 / 3 / 4 / 5 / 6 / 7 / 8 / 9 / 10 / 11 / 12 / 13

23 mars 2014

diy // Marque-page pompon

Je ne sais pas pour vous mais je manque toujours de marque-pages. Je dois en avoir peut-être deux ou trois mais, comme j'ai une bonne dizaine de bouquins entamés (j'ai comme qui dirait un peu de mal à aller jusqu'au bout), je finis toujours pas utiliser le coin d'un bout de papier qui traîne sur mon bureau. Et puis, j'ai découvert ce tutoriel sur le blog de Design Mom pour réaliser des marque-pages en pompon. C'est tellement facile et rapide à faire que j'en ai maintenant une flopée im-pres-sion-nante. Ok, cinq. En tout cas, maintenant, je n'ai plus à aller récupérer de vieux tickets de caisse au fond de mon sac pour indiquer ma page et c'est déjà pas mal.

21 mars 2014

musique // Void, le premier single du nouvel album de BRNS

À la base, j'avais prévu un tout autre article mais c'était sans compter sur une actualité brûlante survenue hier : BRNS a sorti un nouveau clip ! (j'avais très envie de l'écrire tout en majuscule et avec beaucoup de points d'exclamation, mais j'avais peur que ça fasse un peu excessif)(mais ça vous aurez donné une idée de l'état d'esprit dans lequel je suis) Cependant, il ne s'agit pas d'une banale vidéo - oooooh non - car elle vient illustrer une chanson complètement... inédite ! Vous pourrez ainsi entendre Void, le tout premier extrait de leur second album qui sortira ce 25 août (ça fait loin sa mère).

Alors pour vous restituer BRNS, histoire que vous puissiez mesurez un peu l'importance que représente cette information pour moi, disons juste que leur précédant album, Wounded, est le meilleur truc que j'ai pu entendre en 2013. J'aime ce groupe avec une sorte de passion adolescente, probablement un peu trop pour que ce soit sain.

Du coup, pour moi, découvrir Void c'était comme prêcher un convaincu : je savais que j'allais kiffer ma race avant même d'en avoir entendu les premières notes. Cela dit, de façon un peu plus objective, cette chanson est vraiment très bien. Peut-être légèrement plus sombre que ce qu'ils ont sorti jusqu'ici (même si, bon, globalement BRNS c'est pas non plus la grosse poilade comme ambiance) mais on retrouve bien leur univers. Donc, si vous avez aimé Wounded, à priori vous aimerez Void.

Après comme une bonne nouvelle n'arrive jamais seul (enfin c'est ce que dit le dicton), les garçons de BRNS seront en tournée dans pas mal d'endroit en Europe, bien qu'à mon goût trop peu en France. Surtout dans le Sud. Surtout à Toulouse.

Note : la chanson commence à 0:55.

+ de 1
Tags : , , , ,
19 mars 2014

site / Organiser ses todo lists avec Todoist

Il y a eu un moment dans ma vie où j'ai ressenti le besoin de faire des todo lists. Je ne suis pas bien sûre de savoir pourquoi, peut-être une histoire d'horloge biologique, les vingt-cinq ans, le passage à l'âge adulte tout ça... Mais assez rapidement aussi, j'ai eu envie d'avoir un outil pour organiser mes lites, quelque chose d'un peu plus pratique que de vieilles notes griffonnées sur les coins de la montagne de feuilles désorganisées accumulées sur mon bureau.

Alors, j'ai écumé le web à la recherche d'une solution. Ou plutôt de LA solution. Oui parce que je ne pouvais pas juste pas juste me contenter d'en choisir un comme ça, ah non non, ça aurait été bien trop facile! Il fallait d'abord que je fasses le tour de tout ce qui pouvait bien exister sur cette Terre. Limite état de l'art. C'est mon petit coté monomaniaque esprit scientifique.

Aujourd'hui, je suis donc particulièrement contente de pouvoir vous parler de celui que j'ai choisi. Mon préféré de tous. L'élu. Et, comme le titre de ce post vous l'a déjà spoilé, il s'agit du génial Todoist. C'est un outil tout simple mais qui fait bien son job. Alors, peut-être que certain-e-s d'entre vous préférerons une autre solution - ça dépendra de l'utilisation que vous voulez en faire - mais pour un usage basique, Todoist est nickel.

Points forts      

x
C'est simple d'utilisation, pas besoin de notice, on comprend très vite comment le prendre en main. Après, je vous recommande quand même d'aller jeter un coup d'oeuil dans l'aide, vous y trouverez des astuces et raccourcis bien pratiques.

x Le design n'est pas clinquant mais il reste très sympa. C'est clair et épuré, et ça suffit largement.

x On peut créer des sous-listes et des sous-sous-listes et des sous-sous-sous-listes et des... enfin vous voyez l'idée. Et c'est tellement pratique. Ça n'a peut-être pas l'air comme ça, mais on se retrouve vite limité quand on ne peut pas aller plus loin qu'une simple liste ou sous-liste.

x On peut partager des listes à plusieurs, c'est quand même bien pratique pour le travail en équipe.

Points faibles      

x
Les fonctionnalités ne sont pas toutes disponibles gratuitement. En payant, vous aurez accès aux tags, rappels et notes mais, pour ma part, je vis très bien sans.

13 mars 2014

série / Queer as folk (UK)

Queer as folk raconte l'histoire de trois garçons homosexuels de Manchester. Stuart et Vince - amis depuis l'enfance - rencontrent un soir Nathan, un garçon de 15 ans qui va tomber raide amoureux de Stuart et ne va plus vouloir le lâcher.

La première saison date de 1998 (on le sent bien quand ils utilisent Internet) mais pourtant, la série traite le thème de l’homosexualité avec une modernité peu commune et de façon très décomplexée. Alors que la plupart des séries n'aborder du sujet quasiment que la notion d'acceptation, c'est à dire comment un-e homosexuel-le s'assume dans un monde "hétérosexuel'' et comment son entourage hétérosexuel réagit à la découverte de cette orientation sexuelle, QAF ne se limite pas à cet aspet et raconte tout simplement le quotien, et en particulier les histoires sentimentales, de ses personnages. Et moi, j'aime beaucoup les histoires sur des bouts de vie de gens.

Le personnage de Stuart Jones m'a partage, je l'aime autant que je le désteste. D'un coté, ce type est quand même un connard fini, tellement égocentrique et immature que j'aurais bien envie de le prendre par le col et de secouer violament pour lui dire que c'est bon là, c'est bientôt fini de foutre le bordel partout et de toujours vouloir tirer la couverture à soi? Et d'un autre coté, l'acteur, Aidan Gillen, est juste beaucoup trop sexy. Sans déconner.


La qualité des photos de ce post devraient vous donnez une idée d'à quel point il est facile de trouver des images d'une série des années 90 de popularité moyenne...

De savoir que cette série ne faisait que huit malheureux épisodes (maudit format anglais!!) et que je l'aurais donc terminé en moins de deux, a été une épreuve terrible. Je pensais sérieusement passer par une profonde période de deuil après ça. Alors, en désespoir de cause, je me suis mise à regarder les épisodes au compte goûte, en prenant biiien le temps entre chaque épisode. De cette façon, je savais qu'il m'en restait toujours sous la main et cette perspective était préférable à celle de ne plus en avoir de nouveaux, même si la tentation de tout m'enfiler d'une traite était grande.

Mais plus les épisodes avançaient, et plus je me demandais comme ils allaient bien pouvoir conclure cette série avec le temps qu'il restait. Il y avait tellement de points à éclairer et de situation à conclure.

Et au bout du compte, je ne saurais pas dire si cette fin est la meilleure ou la pire qu'ils pouvaient faire. C'était juste du GROS N'IMPORTE QUOI. On aurait dit que l'esprit de Dr Who était venu hanté la série pour les 30 dernières minutes (et non, ce n'est pas un compliment), je n'ai juste pas compris ce qu'il se passait. Stuart part dans une tirade délirante et interminable sur un fond bleu qui passe des images de ciels en accéléré : whaaaat?! Ça n'a absolument rien à voir avec l'esprit du reste de la série, on a le sentiment qu'elle a été annulée brutalement et qu'une fin a été brodé maladroitement, histoire de.

Du coup, j'étais tellement dégoutté par le final, que j'ai été bien moins bouleversée que je n'aurais cru l'être par le fait que QAF soit terminé. Et dans ce sens là, c'était très réussi.